La Thaïlande dans l'objectif de Simon Kolton

Comptoir de la Mousson a donné la parole à Simon Kolton, photographe professionnel, qui a vécu huit ans à Bangkok. Il a répondu à nos questions et a choisi pour l'occasion trois de ses clichés qu'il aime particulièrement, exercice de sélection difficile pour ce passionné.


Comptoir de la Mousson: Quel est votre parcours jusqu'à aujourd'hui et qu'est-ce qui vous a conduit jusqu'en Thaïlande ? Simon Kolton: J'ai commencé très jeune à travailler dans la photo. Ensuite, j'ai découvert le graphisme avec les premiers ordinateurs. Puis j'ai poursuivi mon activité professionnelle dans le monde de la vidéo et de la postproduction. Après avoir passé beaucoup d'années dans les salles sombres de productions audiovisuelles, j'ai eu envie de voyages, d'Asie particulièrement. La Thaïlande fut mon premier pays et un coup de foudre.

CdM: À travers vos photos, on sent toute l'affection que vous avez pour les Thaïlandais: qu'est-ce qui vous a le plus marqué chez eux? SK: Avant tout c'est la culture qui m'a plu: la vie de la rue est saisissante, la cuisine... Les Thaïs ont un vrai plaisir pour la cuisine.

Ensuite, je dirais leur gentillesse, leur vision simple de la vie, leur regard et le respect des anciens. J'ai aussi trouvé que c'était un peuple joyeux de nature.

CdM: Vous avez collaboré à l'ouvrage Cabarets paru en 2015 aux Editions Gope dans leur collection Reflets de Thaïlande, pouvez-vous nous en dire un peu plus ? SK: J'ai eu la chance de pouvoir réaliser un reportage dans les coulisses des deux plus grands cabarets transsexuels de Thaïlande et ensuite faire une exposition des photos à Bangkok. Les éditions Gope (maison d'édition ne publiant que des ouvrages ayant pour thème ou cadre l'Asie du Sud-Est, ndlr) m'ont alors contacté et proposé une collaboration avec une écrivaine française talentueuse, Mireille Disdero. Elle a imaginé des textes sur les photos. Une belle expérience. Je trouve très courageux ce que fait le directeur des éditions Gope, il a un beau catalogue.

CdM: Après huit années à Bangkok vous êtes de retour à Paris , qu'est-ce qui vous manque le plus de la Thaïlande ? SK: La vie et les sons de la rue, la campagne, l'odeur des rizières, les visages des paysans, les routes de campagne, les petites villes de province, les échanges de sourires, bien sûr le climat, l'odeur et la chaleur de l'aéroport de Bangkok à l'arrivée. La cuisine pas tellement finalement. J'ai appris à cuisiner et je pense ne pas trop mal me débrouiller . Mon fils a aussi plusieurs restaurants thaïlandais à Paris, STREETBKK, donc j'ai le choix.


LA SÉLECTION DE SIMON KOLTON

Bangkok, la vie le long des voies de chemin de fer

"J ai pas mal parcouru les voies de chemin de fer a une époque, j ai été ému par tous ces gens qui vivent dans la pauvreté, mais qui restent dignes et ouverts."



Bangkok, scène de rue

"La rue à Bangkok est un grand studio photo, cette image me touche."



Village de pêcheurs dans la baie de Phang Nga

"Je trouvais intéressant que le personnage principal soit cet aigle et en plus c'est un super modèle."



Le compte Instagram de Simon Kolton: https://www.instagram.com/simonkolton/

Le site des éditions GOPE: https://www.gope-editions.fr/

Pour se procurer Cabarets, l'ouvrage de Mireille Disdero et Simon Kolton: https://www.placedeslibraires.fr/ebook/9791091328258-reflets-de-thailande-t-5-cabarets-mireille-disdero-simon-kolton/

Le site des restaurants STREETBKK: https://www.streetbangkok.fr/

68 vues